LES ÉCRITURES DE PATRICIA TURCOTTE

Des articles sur des sujets sociaux et vie citoyenne-politique, ainsi que des romances d'intérêts publiques. Bienvenue sur mon blog, Patricia Turcotte

Ma photo
Nom :
Lieu : Saint Georges, Québec, Canada

Un Vieux-Sage m'a dit:" Patricia, cherche bien dans le plus profond de ton être, ce que tu aimerais accomplir à compter de ce jour, et ce, autant dans la pauvreté financière, dans la maladie et la solitude, que dans la prospérité, la santé, ou la célébrité." Sans hésiter je lui réponds: Écrire. Ce sage me réfère alors au dicton populaire: Plus tu attends d'avoir l'air d'un ange pour agir et plus tu risques d'avoir l'air bête. Bienvenue sur ce blog ! Patricia Turcotte

dimanche 31 mai 2009

LES GRANDS DE CE MONDE SE SONT TOUS PENSÉS FOUS

Être fou légalement, du journaliste Yves Boisvert à La Presse, Voici un billet romancé, pour commenter brièvement l’article intitulé: Être fou légalement, du journaliste Yves Boisvert, paru le 29 mai 2009 dans La Presse. Quelques démarches administratives et médicales faites en 2002, me donne la possibilité d’apporter quelques informations inspirées de l’article ci-haut mentionné. Si j'utilise les termes "fous et folles", c'est parce que je reprends les termes du journaliste Yves Boisvert, dans son article mentionné ci-haut, au titre vraiment accrocheur. Je vous assure que je ressens une grande sympathie et un profond respect pour toutes les personnes touchées par les maladies mentales, ayant dans le passé fait une dépression nerveuse avec une tentative de suicide en 1993. Formulaires médicaux de Revenu Canada et Revenu Québec, L'Office des personnes handicapées du Québec Les personnes touchées par la maladie mentale, souvent étiquetées au yeux de tous comme des fous ou des folles, en voyant trop souvent utilisés leurs diagnostics médicaux dans leurs simples quotidiens ou dans les médias, ne sont pas toujours des fous ou des folles légalement. Pour devenir légalement fous ou pour être reconnue comme une personne handicapée physique, il y a quelques démarches administratives et médicales à mettre en marche, par exemple, un formulaire médical de Revenu Canada et Revenu Québec à faire remplir par leurs médecins traitants, ou autres professionnels de la santé, tels: orthopédistes, physiatres, neurologues, psychologues, psychiatres, etc. Par la suite, un comptable professionnel peut les aider à remplir toutes les formules nécessaires, pour justifier chacune des années antérieures, et ce, depuis le début de leurs maladies mentales ou physiques, jusqu’à la date des demandes légales pour être reconnue comme étant fous, folles ou handicapés physiques. Ce n’est pas difficile d’être reconnue médicalement comme un fou ou une folle; mais cela est plus déroutant et difficile, d’être légalement acceptée comme une personne atteinte gravement d’une maladie mentale. De plus amples renseignements peuvent aussi être demandés auprès de l’Office des personnes handicapées du Québec. Serge fut diagnostiqué comme fou médicalement et publiquement, mais non légalement Voici un bel exemple pour en arriver à vous informer brièvement sur les formulaires légaux du Ministère du revenu Canada ou Revenu Québec, soit celui de mon ami Serge âgé de 52 ans, et diagnostiqué depuis 15 ans, comme étant atteint du plus grave cancer de la maladie mentale; soit la schizophrénie. Pourtant, Serge ne réponds absolument pas aux critères nécessaires, pour être considérer comme étant légalement atteint de la folie. J’ouvre tout de même une parenthèse pour écrire qu’il a été reconnu comme une personne handicapée physique, rétroactivement depuis 1981, c’est-à-dire, plus précisément depuis 1985 vu que la loi sur la reconnaissance des personnes handicapées, débute de mémoire en 1985. Formulaire T2201 de Revenu Canada: certificat pour le crédit d’impôt pour personnes handicapées, critères d’admissibilité pour le crédit d’impôt pour personnes handicapées ( CIPH ) Pour obtenir un certificat pour crédit d’impôt comme personne handicapée mentale, dans le cas de Serge, il faut remplir le formulaire T2201 de Revenu Canada, pour citer un seul exemple. Pour être légalement acceptée comme une personne handicapée mentale, cela ne dépend même pas du diagnostic médical, mais de la déficience fonctionnelle de la personne. ( Référence: Les formulaires d'impôts de Revenu Canada et Québec de Serge, qui a eu l’amabilité de m’ouvrir ses livres médicaux et légaux, afin de me fournir de précieux renseignements pour composer cet article. Voici donc les principales questions des deux formulaires remplis par Serge, pour savoir s’il remplissait les critères d’admissibilités aux crédits d’impôts sur le revenu, pour personnes handicapées physiques et mentales ( CIPH ). A) Votre patient peut-il voir ? B) Votre patient peut-il marcher ? C) Est-il capable de percevoir, réfléchir et se souvenir ? D) Est-il en mesure d’entendre? E) Est-il capable de se nourrir, s’habiller lui-même ? F) Peut-il s’occuper lui-même de ses fonctions intestinales et urinaires ? G) Les soins thérapeutiques essentiels au maintien de la vie ? Porter la robe des fous dans son patelin, en région Serge a été reconnu comme une personne handicapée physiquement, principalement à cause de sa lenteur à marcher, dans son simple quotidien. Il n’a pas été légalement reconnu comme fou, même s’il porte toujours médicalement et publiquement, la robe des fous. En 2002, avec l’aide de son professionnel de la santé et de son comptable, Serge a retiré toutes les sommes d’impôts payées depuis 1985, aux deux ministères du revenu. Comme il pratiquait autrefois une carrière comme courtier en assurances, Serge a touché seulement $4000. rétroactivement en retours d’impôts pour les années antérieures où il travaillait, soit de 1985 jusqu’à son invalidité physique reconnue en 2002. Est-ce que vous aimeriez ça, vivre une situation comme celle de Serge, mon plus grand ami d’enfance; c’est-à-dire être qualifié comme fou non légalement, mais médicalement et publiquement ? Serge sera-t-il apte physiquement, psychologiquement et financièrement, pour entreprendra les démarches pour faire reconnaître une importante erreur médicale, au sujet de son grave diagnostic de folie. Parce que Serge ne prends plus aucun remède contre la maladie mentale, et n’a plus besoin médicalement d’aucun suivi en ce sens, et ce, depuis mars 1999. Soit que Serge vit possiblement une erreur médicale 5 pieds 10 pouces sur terre, une rémission, ou une guérison miraculeuse....... suite à une neuvaine entreprise en 1994, par plusieurs amis (es) de Serge, y compris plusieurs prêtres et religieuses de son patelin en région, à la vénérable Mère Saint-Louis, religieuse décédée et membre de la congrégation des petites sœurs de la charité ? Patricia Turcotte © Le 31 mai 2009

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil