LES ÉCRITURES DE PATRICIA TURCOTTE

Des articles sur des sujets sociaux et vie citoyenne-politique, ainsi que des romances d'intérêts publiques. Bienvenue sur mon blog, Patricia Turcotte

Ma photo
Nom :
Lieu : Saint Georges, Québec, Canada

Un Vieux-Sage m'a dit:" Patricia, cherche bien dans le plus profond de ton être, ce que tu aimerais accomplir à compter de ce jour, et ce, autant dans la pauvreté financière, dans la maladie et la solitude, que dans la prospérité, la santé, ou la célébrité." Sans hésiter je lui réponds: Écrire. Ce sage me réfère alors au dicton populaire: Plus tu attends d'avoir l'air d'un ange pour agir et plus tu risques d'avoir l'air bête. Bienvenue sur ce blog ! Patricia Turcotte

lundi 8 juin 2009

LES MIRACLES D'UN SIMPLE SOURIRE

Vous avez sûrement souvent remarqué la valeur inestimable, d’un seul petit sourire sincère, donné gratuitement à une personne chère, ou à un pur inconnu. Un sourire est un geste de grande chaleur humaine, ainsi qu’un superbe rayon de soleil apporté à une personne malheureuse. Voici un fait vécu concernant la force d’un simple sourire adressé à Léon, un jeune homme de ma région. À travers cette romance que je partage pour la première fois, et qui doit de préférence se lire avec les yeux du cœur, j’ai pris conscience de l’étonnant pouvoir de guérison, d’un simple sourire adressé à une personne trop désespérée pour sourire, ou qui n’a plus le temps de sourire. Misère économique, dépression sévère chronique, détresse psychologique Vers le printemps 1998, alors que je terminais une marche de santé quotidienne, et que je me rendais au restaurant du coin, soit au Dunkin Donut de ma région, pour y savourer un délicieux café, je côtoyais régulièrement Léon, un jeune homme âgé d’environ 35 ans, que je connaissais de vue seulement. Occasionnellement, il me saluait poliment, mais sans m’adresser aucun sourire, et vice-versa. Léon représentait dans tout le quartier, un gentil chevalier à la triste figure. Une profonde mélancolie à déchirer l’âme, se lisait facilement sur son visage tourné habituellement vers le sol. Léon vivait, sans l’ombre d’un doute, bien en dessous du seuil de la pauvreté, puisque ses simples vêtements d’une propreté quand même impeccable, démontraient au premier coup d’œil son évidente misère économique, en plus de constater facilement au premier regard, que Léon était sans cesse accablé sous le poids d’un immense chagrin chronique. Des « merveilleux malheurs », compassion et pitié charitable Léon m’a incité à réfléchir, à l’importance de donner et de recevoir un sourire; ne serait-ce qu’une seule fois par jour. Ce n’est pas vraiment difficile de sympathiser naturellement avec Léon, du moins pour les personnes ayant traversées de grandes misères humaines, économiques, sociales et professionnelles. Parfois je me dis que, si ces souffrances humaines nous permettent de ressentir davantage de compassion, voire même de pitié charitable, envers les plus malheureux de la Terre, alors ces « merveilleux malheurs » ( Auteur: psychiatre Boris Cyrulnik ) ne se seront pas pointés le bout du nez, sans raison. Ils deviendront souvent une grande richesse d’expériences à partager avec les autres, que ce soit par la parole dans son simple quotidien, à travers une romance comme celle-ci, ou simplement pour apprécier à sa juste valeur, le cadeau de la vie. Un bon matin, j’aperçois au loin Léon qui s’approchait vers moi, à quelques mètres du restaurant. Je lui adresse une sympathique salutation amicale, tout en lui présentant mon plus joli sourire. Il me salue poliment à son tour en m’envoyant son plus séduisant sourire, tout en essayant maladroitement de tenir une brève conversation: « Cette salutation amicale que tu me donnes souvent, et ce magnifique sourire de ce matin, embelliront ma journée; et pour cela Patricia, je te remercie du plus profond de mon cœur ». Ces paroles touchantes prononcées à cœur ouvert, n’ont pu faire autrement que de se frayer un discret chemin dans mon cœur. J’en ai retirée une belle leçon de vie, que je couche sur papier pour la première fois, à travers ce récit romancé. L'étonnante transformation de Léon Jour après jour, j’étais renversée de voir les éclatants yeux bleus de Léon, que je n’avais jamais remarqué auparavant. Ce charmant jeune homme avait l’air de plus en plus, d’un vrai gentlemen. C’était évident que Léon se transformait intérieurement de jour en jour, puisque toute son apparence extérieure le démontrait clairement: ses vêtements de plus en plus soignés, sa rayonnante joie de vivre, ses cheveux lavées et peignés soigneusement, son regard devenu charmeur lorsqu’il rencontrait ses nouveaux amis (es). Les clients réguliers du Dunkin Donut ne reconnaissaient plus du tout, notre héros Léon, tiré humblement à 4 épingles. Souvent, des gens d’affaires qui ressentaient une belle estime pour Léon, lui offraient gratuitement un café, ce qui lui donnait l’occasion de s’asseoir et de lire son journal, comme tout le monde; plutôt que de se rendre à la salle de toilette, pour ressortir sans acheter aucun breuvage; mis à part se payer un délicieux déjeuner au début de chaque mois. Les petits et les grands miracles d’un seul sourire Une phrase populaire cite: Un sourire fait plaisir à la personne qui le reçoit, et ne coûte absolument rien à la personne qui le donne. De mes propres yeux, j’ai constaté les petits et grands miracles que pouvaient accomplir un simple sourire, dans la vie de la personne qui le reçoit, autant dans la vie de celle qui le transmet. À compter de maintenant, pourquoi ne pas offrir nos sourires, aux individus que nous côtoyons quotidiennement. Incroyable, mais un minime sourire à une personne en détresse, détient une portée insoupçonnable, même celle de sauver la vie à un être humain désespéré. Patricia Turcotte © Le 08 juin 2009

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil