LES ÉCRITURES DE PATRICIA TURCOTTE

Des articles sur des sujets sociaux et vie citoyenne-politique, ainsi que des romances d'intérêts publiques. Bienvenue sur mon blog, Patricia Turcotte

Ma photo
Nom :
Lieu : Saint Georges, Québec, Canada

Un Vieux-Sage m'a dit:" Patricia, cherche bien dans le plus profond de ton être, ce que tu aimerais accomplir à compter de ce jour, et ce, autant dans la pauvreté financière, dans la maladie et la solitude, que dans la prospérité, la santé, ou la célébrité." Sans hésiter je lui réponds: Écrire. Ce sage me réfère alors au dicton populaire: Plus tu attends d'avoir l'air d'un ange pour agir et plus tu risques d'avoir l'air bête. Bienvenue sur ce blog ! Patricia Turcotte

vendredi 12 juin 2009

LA VÉRITÉ REND LIBRE ( No 2 )

Où s’en vont-ils nos êtres chers décédés suite à une tentative de suicide ? Souhaitons que les heureuses nouvelles parviendront bientôt du Vatican, comme l'histoire des enfants décédés avant d'être baptisés, qui s'en allaient tout droit dans les limbes; heureusement que l'Église a avoué enfin la vérité. LA VÉRITÉ REND LIBRE ( NO 2 ) Et oui, pour retrouver une vraie liberté personnelle et sociale, est-ce que ça va nous prendre des usines de filtrations, pour éviter que soit trop POLLUER nos vies personnelles ? Et j’ajoute nos vies familiales, nos vies sociales, nos vies religieuses et spirituelles, nos vies au niveau gouvernementales et auprès de l’état, nos vies en rapport avec tous les nombreux médias incluant l’internet. Tel que le mentionnait Benoit XVI à travers les nouvelles télévisées la semaine dernière: « Veuillez à ne pas laisser POLLUER vos esprits et vos cœurs… ». Quand à nos corps physiques, le Pontife en n’a pas fait allusion. Il faut croire que nous nous occupons assez bien de nos corps physiques, à moins que, le peuple du monde entier n'ait jamais eu de corps pollués ? Permettez-moi d'en douter ! De toute façon, le corps est aussi très important, autant que notre esprit et notre âme ( ou notre cœur, notre jardin intérieur, etc. selon les termes et croyances de chacun. ) Toute seule, je ne pourrai pas détaillé énormément de situations susceptibles de POLLUER nos corps, nos âmes et nos esprits. Quelques brefs exemples à partir de mes expériences personnelles depuis mon enfance, jusqu’à ce jour, me serviront. Dans la vie des personnes connues jusqu’ici, je puiserai aussi quelques situations, ainsi qu’à travers certains faits vécus dans la société. Ce second tome de: LA VÉRITÉ REND LIBRE mentionne surtout des faits à caractères religieux. Par contre, je ne m’attaque absolument pas à qui que ce soit, encore moins aux autorités religieuses, médicales ou gouvernementales, d’accord. Il arrive des moments dans la vie, où on doit bien utilisés les vrais mots, pour mieux s'exprimer publiquement. Je constate des faits, je réfléchis tout haut, je découvre du nouveau pour moi d'abord. La sexualité, un péché sauf pour procréer, maisons d’adoptions, les retrouvailles, l’excision des fillettes dénoncée par tous sûrement ? C’est inconcevable de réaliser comment vivaient nos aînés et ancêtres, dans le domaine de la sexualité. Si une femme mère de famille n’accouchait pas une fois par année, elle recevait la visite du curé de sa paroisse. Pire encore, si une femme portait plus d’une fois, un cache-cœur légèrement décolleté, elle risquait d’être excommuniée de la religion catholique. Une jeune fille se retrouvait enceinte, et avec la collaboration des autorités religieuses, médicales et gouvernementales, on lui enlevait son bébé dès sa naissance; pour le foutre dans une maison d’adoption. Heureusement pour Claire Lamarche, ainsi que pour les mamans, les papas, frères et sœurs, et les enfants devenus grands, cela donne l’occasion d’heureuses retrouvailles. Dans ces temps-là, les demandes d’apostasies semblaient plutôt rares. Une situation tout à fait inhumaine: les fillettes de 8 ans excisées dans d’autres pays, et même au Canada. Par bonheur, je crois que le ministère de la santé a reconnu comme un acte criminel, les cas d'excisions pratiquées au Canada. Toutes les autorités religieuses, médicales et gouvernementales du Québec, du Canada et du monde entier dénoncent sûrement, ce grave crime contre l'humanité commis sur des êtres humains, soit sur des fillettes et des femmes. Tout comme doit être dénoncer haut et fort, les abus, agressions et viols sur des fillettes, garçons, femmes, personnes handicapées et ainées. Les limbes n’existaient même pas Voici pour débuter, un premier exemple où il y a eu énormément de personnes âgées qui ont vécues dans la peur et l’inquiétude constantes, soit lorsque les hautes autorités religieuses laissaient croire, que les enfants décédés avant d’être baptisés, s’en allaient tout droit dans les limbes. C’est peut-être désolant de soulever ces horreurs du passé, mais elles ont tellement POLLUÉES les corps, les cœurs et les esprits de nos aînés. Combien de larmes, de honte et de peurs ont dû vivent les personnes âgées ? Heureusement, le peuple a reçu des nouvelles lumières du Vatican, sur ce sujet, ne serait-ce que pour consoler les dernières personnes encore vivantes, au moment où l’heureuse et agréable nouvelle fut publiée dans les médias; il n’y a pas très longtemps de cela. Où vont nos suicidés après leurs morts ? Placide Gaboury Souhaitons que les heureuses nouvelles parviendront bientôt du Vatican, en ce qui concerne les êtres chers décédés suite à une tentative de suicide. C’est tellement dommage de voir les longs et interminables silences dans toutes les familles, où une personne s’est enlevée la vie. Plus personne ou presque, n’ose aborder la vie d’une personne décédée suite à un geste de suicide. Pourtant, cet être humain a aussi fait autre chose au cours de son existence, que de vivre des moments de dépressions et de suicides. Ce serait si intéressant de recevoir des commentaires à ce sujet ? Un livre de Placide Gaboury a déjà attiré mon attention, à propos des gens décédés par le suicide. Au premier abord, ses opinions et idées s’avéraient très réalistes, humaines et intelligentes. Encore là, il semblerait que certains livres nous pollueraient l'esprit; comme celui de Placide Gaboury ? La population gardée dans la grande noirceur À part les expériences personnelles des gens qui sont toujours vivants, suite à d’importantes tentatives de suicides, on a bien peu de renseignements sur ce sujet si délicat, qui devrait être prioritaire devant les religions, et face aux gouvernements; du moins, pour ceux et celles qui sont intéressés par ces grandes vérités, cachées la plupart du temps, à la population qui reste dans l’ignorance. N’est-elle pas terminée la grande noirceur des temps passés ? Encore une fois, tant de personnes ont pleurées les êtres tant aimés; tant de gens ont vus leurs cœurs et leurs esprits se faire POLLUÉS, lorsqu’ils osaient abordés des situations survenues dans leurs familles, suite à des gens partis dans l’au-delà, suite à des tentatives de suicides. Les enfants de Duplessis, Ghislaine Saint-Pierre Lanctôt, France Bédard, On a tous entendus raconter en détails, les grandes souffrances du corps, du cœur et de l’esprit, vécus par les enfants de Duplessis, dans les années 1950. Je vous réfère au livre de Ghislaine Saint-Pierre Lanctôt, intitulé: Que diable suis-je venue faire sur la terre ? Cette auteur décrit très bien le résumé des enfants de Duplessis, enfermés dans les soi-disant orphelinats québécois transformés en instituts psychiatriques, etc. Je croyais vraiment que l’Église catholique s'est excusée auprès de ces victimes, sauf que; en écrivant ce texte, j’écoute par pure coïncidence sûrement, l’émission à LCN de Denis Lévesque et son invitée: une femme d’environ 35 ans qui vient de gagner une procédure judiciaire contre un prêtre qui l’avait violée alors qu’elle n’avait que 6 ans. Et, une autre dame du site, France Bédard sur le site: www.victimesdeprêtres.org vient tout juste de mentionner que ceux-ci ne se sont jamais excusés auprès de tous ces enfants de Duplessis, devenus grands. Par contre, il faut aussi reconnaître que l'Église se serait excusée pour les abus sexuels des religieux, survenus avant 1960, a affirmé la dame du site mentionné plus haut. SCANDALES DANS LA POPULATION Aux prises dans le délire mystique religieux Quelles désolantes situations de voir des hommes, des femmes et des adolescents (es) aux prises avec des délires d’ordres religieux. Tout commence par une fascination dans les choses spirituelles et les religions, c’est-à-dire, par une quête de vérité, qui surviennent souvent lors d’une très grande faiblesse émotive et psychologique. À ce moment-là, les prêtres et religieuses qui constatent la fragilité des personnes bien mal prises dans ces histoires abracadabrantes, ne devraient-elles pas éviter les conversations au sujet du diable, du démon, des ténèbres, de l’enfer, et pire encore, pratiquer des prières de libérations / d’exorcistes, et cetera, et cetera ? Qui vient défendre ces pauvres loques humaines, lorsqu’elles sont hospitalisées à vie, avec le cœur et l’esprit POLLUÉS pour ne plus jamais en revenir, dans la plupart des cas ? Aucun religieux, aucun psy et aucun élu du pouvoir, ça j’en suis certaine ! Agressions sexuelles commis par des prêtres ou religieuses Bien sûr, il y a encore énormément de femmes et d’hommes qui souffrent toujours en silence, d’avoir vu leurs pauvres corps dépouillés de leurs cœurs et de leurs esprits, suite à des agressions sexuelles commis par des religieux (ses) du monde entier. Tout comme il y en a eu dans les orphelinats, les hôpitaux et les centres d’hébergements de toutes sortes, pour les enfants, les aînés et les démunis de la Terre. Chacun a sa petite histoire bien triste à raconter; en espérant que la plupart des personnes qui ont connues des agressions sexuelles de toutes sortes, parviennent à sortir des placards. Violence sadique sexuelle à 13 ans, lors d’un examen gynécologique Lorsque je suis allée rencontrer le médecin pour mon premier examen gynécologique, celui-ci préférait que je le passe en milieu hospitalier et avec une infirmière. Donc, à l'âge de 13 ans, je me rends à l'hôpital pour passer ce premier examen gynécologique appelé test de Pap. Je n’oublierai jamais le geste de cruauté et de violence sadique sexuel commit par la femme qui me passait cet examen; c’était une infirmière-religieuse. Elle a insérée de toutes ses forces, sadiquement, durement et en souriant en plus, l’instrument médical servant à l’examen. Même prononcé le mot de ce machin truc, me cause énormément de peurs; même à l'âge de 53 ans. Le cri d’horreur que j’ai lancé pour que quelqu'un vienne à mon secours, ne m’a pas vraiment aidé, puisqu’elle m’a dit bêtement que si je hurlais encore une fois, que ce serait encore pire lorsqu’elle sortirait son instrument médical. Lorsque je me suis levée debout en marchant difficilement, il était évident que mon pantalon tout ensanglanté, attirait les regards des autres dans l’établissement de santé. Ceux-ci me regardaient comme si j’étais une extra-terrestre, plutôt que de me demander ce qui était arrivé, ou si j'avais besoin d'aide. Ces déplaisantes histoires-là, comme la mienne, comme la vôtre, dormaient dans les placard même auprès des proches témoins. On changes-tu de modèle ? Des personnes humaines polluées entièrement par les abus sexuels Tous les gestes de violences sexuels ou autres, commis sur des enfants, des adolescent (es) ou des adultes non consentants, viennent toujours POLLUER le corps, le cœur et l’esprit des victimes, et ce, peu importe quels statuts professionnels possèdent les bourreaux. Je me suis libérée en détails de cet événement traumatisant pour une jeune adolescente, lors d’une profonde thérapie dans le mode de vie des 12 étapes, en compagnie de ma confidente, à l’âge de 38 ans seulement. Je le raconte brièvement ici, pour démontrer comment l’écriture et les confidences peuvent aider aux chemins de guérisons. J’ai véritablement pardonné à cette femme-là, sûrement décédée aujourd’hui, sauf que le mal qu’elle m’a fait ne s’en va jamais. Je crois que le pardon vient « par un don », d’en-haut seulement. Humainement, on ne parvient jamais à pardonner complètement, ce genre d’abus sexuel très sadique, ou des agressions sexuelles et viols. Au-delà du pardon et des confidences, je reste encore blessée et apeurée par cet examen médical. Lorsque je dois passer ce test gynécologique, je dois le rappeler au professionnel de la santé, afin qu’il prenne plus de précautions délicates. Je me sens toujours compris par le médecin traitant, à ce moment-là; quoique je ne ne parviens plus à passer régulièrement ce test de Pap. Libérons tous ensemble, ces affreux souvenirs d’enfances; c’est le seul chemin de la guérison et de la libération; du moins en partie. La force des confidences privées ou publiques Tout commence par un bref récit d’ordre confidentiel thérapeutique, où à travers une conversation de groupe, un discours dans un atelier de groupe ou un article publié dans un média ou un site internet sérieux; pour ensuite goûter véritablement à des libérations intérieures en douceur, ainsi qu’à des véritables pardons. Ce doit être très rare que les pardons surviennent, sans passer d'abord par la dénonciation privée ou publique, mais à des personnes compétentes et confidentielles; chacun à sa manière personnelle. Corps, cœurs et esprits pollués dans toutes sortes de situations à dénoncer La POLLUTION des corps, des cœurs et des esprits: à travers les familles; ainsi que les enfants décédés qui ne sont finalement pas dans les limbes; les enfants de Duplessis qui ont vus tellement de misères, entendus tellement de menaces; les victimes de délires mystiques religieux; les victimes d’abus sexuels; nos êtres chers décédés par le suicide s’en vont où après leurs morts ? Patricia Turcotte © Le 12 juin 2009

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil