LES ÉCRITURES DE PATRICIA TURCOTTE

Des articles sur des sujets sociaux et vie citoyenne-politique, ainsi que des romances d'intérêts publiques. Bienvenue sur mon blog, Patricia Turcotte

Ma photo
Nom :
Lieu : Saint Georges, Québec, Canada

Un Vieux-Sage m'a dit:" Patricia, cherche bien dans le plus profond de ton être, ce que tu aimerais accomplir à compter de ce jour, et ce, autant dans la pauvreté financière, dans la maladie et la solitude, que dans la prospérité, la santé, ou la célébrité." Sans hésiter je lui réponds: Écrire. Ce sage me réfère alors au dicton populaire: Plus tu attends d'avoir l'air d'un ange pour agir et plus tu risques d'avoir l'air bête. Bienvenue sur ce blog ! Patricia Turcotte

lundi 12 octobre 2009

PRENDRE LE TEMPS DE VIVRE

Prendre le temps de vivre est plus facile à écrire, qu’à appliquer concrètement dans notre simple quotidien. Lorsqu’une personne œuvre sur le marché du travail, pendant plus de 40 heures par semaines, en plus de suivre des cours du soir; ce n’est pas toujours évident de trouver du temps pour des loisirs ou des moments de détentes. Au-delà des apparences, la vie devient toujours notre amie. Elle se charge de remettre sur le bon chemin, les plus grands travailleurs comme les gens oisifs, c’est-à-dire, en leur démontrant par l’harmonie ou la force, que la vraie vie comprend de prendre le temps de se reposer et de se trouver des loisirs divertissants.

Peu importe comment la vie se charge de ralentir notre pas. Bien souvent, on reconnaît son action amicale, que bien des années plus tard. De là, une apparence de malheurs qui se transforme en petits bonheurs et en cadeaux au quotidien; même enveloppés de travers.

Vivre sous le seuil de la pauvreté financière

Ce n’est quand même pas évident pour les personnes vivant sous le seuil de la pauvreté, de se retrouver du jour au lendemain, avec un revenu minimum qui permet seulement de survivre, une fois les besoins de bases payés

En attendant que la vie en abondance se présente à nous, au moment où on ne s'y attendra le moins, il est même possible d'essayer de survivre, en étant tout de même heureux de temps en temps.

Éveiller les talents et les forces qui sommeillent en nous

C’est à ce moment-là que nous pouvons prendre le temps de vivre ou de survivre. Admirer la nature à travers un lever et un coucher du soleil, apprécier la splendeur des arbres colorés, lorsque l’automne cogne à nos portes, écouter le superbe chant de chaque sorte d’oiseaux. Plusieurs personnes plus audacieuses s'inscrivent à des cours universitaires, ou à des cours du soirs. Investir du temps avec les amis et notre grand amour n'est pas banal du tout. Qu'est-ce qui empêche une personne seule, de partir à la conquête de l'âme-soeur ?

Tout ces moindres délicatesses que nous nous offrons, en plus de les présenter aux êtres chers, deviennent indispensables pour nous-mêmes, comme pour les autres.

Les aînés, les personnes handicapées, les gens malades et démunis

Il y a tant à faire auprès des personnes dans le besoin, telles: les gens âgés, les personnes handicapées, les gens malades et démunis, vivant autant à la maison, qu’en milieu hospitalier ou en établissements de santé.

Pourquoi ne pas partager un brin de son temps et de son talent, en fabriquant du sucre à la crème ou un pain de ménage, à offrir à une personne âgée qui s’ennuie à mourir ? Inviter un bon ami à partager un thé vert à notre domicile, ou encore, se rendre au café du coin pour savourer un délicieux café-muffin, peut être un minime plaisir à ne pas négliger; autant seul, qu’en bonne compagnie.

Loisirs et détentes pour la saison hivernale

Quand les soirées de la saison hivernale nous surprendront, une idée que je pratique régulièrement, c’est de me gâter avec un délicieux chocolat chaud, en écoutant mes émissions favorites. Se rendre à la bibliothèque du coin, ne serait-ce que pour prendre le temps de se reposer les méninges avec une lecture reposante et divertissante, ou encore, d'écrire une lettre à nos vieux copains et copines, délaissés un brin.

Quand les circonstances le permettent, qu’est-ce qui nous empêche, retraités ou travailleurs, de prendre une bonne marche à l’air pur, ou encore, de se procurer un mignon petit chaton, un adorable chiot, ainsi qu’un oiseau qui nous tiendrait compagnie, ou quelques poissons multicolores qui se baignent naïvement dans un bel aquarium?

Je ne crois pas qu’un destin impitoyable frappe les gens quoi qu’ils fassent. Mais je crois que le destin frappe impitoyablement ceux qui ne font rien. ( J. Swift )

Et, je ne serais pas étonnée que plusieurs d’entre nous, soyons aptes à composer un très beau poème, un bref témoignage de notre vécu actuel ou de nos expériences passées. Pourquoi ne pas songer à écrire et publier un court texte, pour une revue communautaire, un magazine de santé ou d'actualité ou dans un média local, provincial et même international ?

Tout comme les artisans et les artistes se livrent des heures et des heures, à travers la pratique de leurs arts: la musique, la danse, la peinture, l’écriture, le tricot, la cuisine, etc,; ne rien faire devient aussi un art à pratiquerun jour à la fois. L’art de ne rien faire en certaines occasions, et de se sentir quand même bien et heureux, représente un degré élevé de sagesse qui se pratique un jour à la fois.

La richesse du cœur

Peu importe quels loisirs et détentes vous passionnent le plus. L’important est d'en arriver nout naturellement, à appréciez nos périodes de temps libre. Ce jour-là deviendra une source immense de joies quotidiennes, si bien que, même l’ennui négative ne fera plus partie de notre vie. Parce que nous aurez goûté à la saine solitude.

Même nos meilleurs amis et nos proches ne nous reconnaîtront plus, tellement ils seront surpris de constater les petits et les grands changements qui se sont produits dans notre vie quotidienne.

Quand sonne l’heure de la retraite

Prenons le temps de bien vivre chaque moment qui passe. Cela n’est pas banal, au contraire, c’est un art de savourer les temps libres que nous impose parfois, une retraite forcée à cause de la maladie, un accident imprévu, une pré-retraite forçée. Même la vraie retraite, forcée ou choisie, exige une grande préparation mentale.

N’oublions jamais que, même si des personnes ne sont plus actifs sur le marché du travail, peu importe leurs conditions de vies: situations financières, conditions de santé, gloire et pouvoir avec des tas de contacts par çi et par là, etc. la majorité de ces gens ont souvent appris à éveiller une autre forme de richesse: la richesse du cœur.

Patricia Turcotte © Le 22 octobre 2009

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil