LES ÉCRITURES DE PATRICIA TURCOTTE

Des articles sur des sujets sociaux et vie citoyenne-politique, ainsi que des romances d'intérêts publiques. Bienvenue sur mon blog, Patricia Turcotte

Ma photo
Nom :
Lieu : Saint Georges, Québec, Canada

Un Vieux-Sage m'a dit:" Patricia, cherche bien dans le plus profond de ton être, ce que tu aimerais accomplir à compter de ce jour, et ce, autant dans la pauvreté financière, dans la maladie et la solitude, que dans la prospérité, la santé, ou la célébrité." Sans hésiter je lui réponds: Écrire. Ce sage me réfère alors au dicton populaire: Plus tu attends d'avoir l'air d'un ange pour agir et plus tu risques d'avoir l'air bête. Bienvenue sur ce blog ! Patricia Turcotte

dimanche 19 juillet 2009

FAIRE SON ÉPICERIE SANTÉ AVEC $40. PAR SEMAINE

QUEL TOUR DE FORCE, DE FAIRE UNE ÉPICERIE SANTÉ, SELON LE RÉGIME ALIMENTAIRE CANADIEN, LORSQUE L'ON POSSÈDE $40. PAR SEMAINE, COMME BUDGET PAR SEMAINE, POUR NON SEULEMENT L'ÉPICERIE, MAIS AUSSI LES TRANSPORTS MÉDICAUX À L'EXTÉRIEUR, COMME À L'ÉPICERIE ALLER/RETOUR, LES REMÈDES NON COUVERTS, LES PRODUITS D'HYGIÈNES, DE LESSIVES ET DE MÉNAGES, AINSI QUE LES IMPRÉVUS DE TOUTES SORTES. Quelle belle sortie pour une personne vivant dans la classe aisée de la société, que de se rendre faire son épicerie santé, à chaque semaine ! Pourtant, la réalité apparaît tout à fait différente, pour les personnes vivant bien en dessous du seuil de la pauvreté financière, et qui doivent composer avec une somme d’argent, bien moindre que $40. par semaine, pour leurs achats d’épiceries, d’hygiènes, de ménages et de transports. Imaginez maintenant, le sort des personnes touchées par la diabète sévère, en plus d’un taux de cholestérol élevé. Emma âgée de 45 ans et touchée depuis 1 an, par ces deux fléaux médicaux personnels et de sociétés, nous partage ses achats en nourritures, pour la première semaine du mois. Sur un budget de $40. par semaine pour sa nourriture, son transport adapté coûte seulement $4.50 aller/retour. Il lui reste donc la somme totale de $35.50, pour compléter ses achats qui lui occasionnent souvent des maux de têtes; quant ce n’est pas de l’anxiété et des nuits d’insomnies. Margarine BECEL, jus d'orange TROPICANA, viande IGA ou PROVIGO, fruits et légumes de sa région, etc. Dans la première allée, Emma choisit la margarine la moins dispendieuse , au prix de $2. mais remplie de "gras trans"; elle sait très bien que la marque BECEL À $5. aurait été préférable pour sa santé, selon le guide alimentaire canadien qu'elle a suivit pendant plus de 15 ans, lorsqu'elle était sur le marché du travail. Vient ensuite l’achat de deux pains bruns de blé entier, de marque "ST-MÉTHODE ou VILLAGGIO" au coût de $5. 50. La pinte de lait QUÉBON 1% de deux litres, s’élève à $3. Les achats de viande pour la semaine complète, l’oblige encore à déroger du guide alimentaire canadien, en choisissant du bœuf haché mi-maigre IGA, au prix de $6. Un litre de jus d’orange santé, de marque TROPICANA coûte $3. Dans l’allée des fruits et légumes, le sac de pomme de sa région coûte $5. et le sac de douze oranges s’élève aussi à $5; en spéciaux de la semaine au IGA Extra. Une pomme de salade à $2., un sac d’oignon de deux livres à $3., ainsi que des pommes de terre de son patelin, acheté pour tout le mois complet, au prix de $5. Son chat BOZO à la SPA, pas de Journal de Québec, ni Le Soleil ni Le Devoir et La Presse, pas de liqueurs, bières, vins, cigarettes, ni billets de loteries 6/49- mini-gratteux, bingo, etc. Il faut encore couper dans le gras, pas d'oranges, ni 7up et Cola Diet, ni produits d'hygiènes, etc. Emma doit enlever un élément de son panier d’épicerie, puisqu’en recalculant à deux reprises, elle se rend compte qu’elle vient de dépasser de $5, son argent de poche, prévu pour cette première épicerie. Elle choisit d’enlever le sac d’oranges, étant donné qu’elle a déjà opté pour du jus d’orange santé. Dans son panier d’épicerie, il n’y a aucun achat de dessert, ni aucun produit d’hygiènes, de lessives et de lavages, qui se feront dans les trois dernières épiceries du mois; et encore moins des achats de moulées et litières pour son beau gros chat BOZO, qu’elle vient de placer avec grands chagrins, en adoption à la SPA de sa ville. Quant aux achats sagement réfléchis longtemps d'avance, de quelques liqueurs 7UP et COLA Diet, 6 bières MOLSON DRY, 1 bouteille de vin FEU FOLLET de FRANCE, 2 paquets par année de cigarettes DU MAURIER SPÉCIALE 100 mm; achats non vraiment essentiels et réservés en des occasions spéciales, et si rares. Organisme de bienfaisance, TPS et TVQ pour transports médicaux à Québec, ni café et muffin du IGA Quant aux besoins de nourritures supplémentaires à combler vers la fin du mois: pâtes alimentaires, conserves, pains, confitures à rôties, œufs, céréales, viandes, etc., Emma se rend une fois par mois, comme plusieurs personnes vivants en dessous du seuil de la pauvreté, à l’organisme de bienfaisance de sa ville. Pour ce qui est de recevoir proches et amis (es) à son domicile, une réserve de thé vert de Chine SHANGAI, de café NESCAFÉ instant ou FOLGERS au percolateur, ainsi que biscuits secs, est toujours prévue pour ces occasions imprévues: achetés évidemment avec ses TPS et TVQ; dont le reste sert à payer 4 transports médicaux par année, à Québec. Personne ne vit d'amour et d'eau fraîche au Québec, au Canada, en France, en Afrique, aux États-Unis, en Colombie comme partout dans le monde Au moment où j'écris cette ligne, vient d'apparaître un rectangle possiblement pour l'entrée de commanditaires; encore là, y faut bien que ce blog soit rémunérateur pour les dirigeants de cette compagnie, si je veux continuer à publier mes articles. Personne ne vit d'amour et d'eau fraîche ! Prostitution pour s'alimenter et payer son loyer comme en COLOMBIE, se nourrir dans les dépotoirs comme au MALI en Afrique, Caisse d’épargnes, de retraites et de placements des Québécois, Assistance-sociale (B.S.), Assurance-emploi (chômage), etc. Habituellement, Emma doit faire une pause santé en position assise de 15 minutes, avant de terminer son épicerie. Plutôt que de se gâter en s’achetant quelquefois un délicieux café maison IGA, accompagné d'un muffin IGA, au prix total de $1.50, elle se contente souvent de sa bouteille d’eau personnelle achetée au dépanneur du coin Point d'Aide ou Zellers. Ses idées de tristesses sur son sort, se sont tous envolées le jour où, elle a comprit que des personnes au Mali et en Colombie, etc. vivaient dans des conditions de vies, bien plus désespérantes qu'au Québec. Au Québec, tant qu’il y aura des fonds dans la Caisse d’épargnes, de retraites et de placements des Québécois, l'assistance-sociale et l’assurance-emploi, etc; personne cherchera dans les dépotoirs publics, ou se prostituera obligatoirement, pour payer ses frais de loyers et de nourritures; saufs exceptions, bien sûr. Des martyres ou des saints ? Non censuré Voilà une sortie qui augmente de 50% les douleurs chroniques vécues par Emma, 24 heures sur 24, autant au repos qu'à la marche, et habituellement pour une durée de deux semaines. Ce qui la prive de son passe-temps prévu une fois par semaine, soit de se rendre au Bistro du coin, pour siroter un café, lire son journal préféré, et qui sait encore ? Peut-être regarder passer les beaux bonshommes, en se faisant discrète; parce que sans le sous, tu ne vas pas virer loin, sans risque de succomber aux alléchantes offres: escortes d'un soir, prostitutions, travail illégal ou au noir, etc; Toutes les tentations pour rêver à un retour sur le marché du travail; même si ceux-ci sont toujours reconnus comme des actes criminels et illégaux au Québec. Bien souvent, ces offres deviennent la dernière porte de sortie de la pauvreté économique, au Québec et au Canada, et ce, surtout pour les marginaux de la société: assistés sociaux, chômeurs, itinérants, handicapés par la maladie physique ou mentale, etc. Pour Emma, cette sortie à l’épicerie devient toujours un éternel casse-tête, même si plus personne ne l’entend s’en plaindre depuis plusieurs années. Un brin d'humour noir mais réaliste Avec un brin d’humour, celle-ci raconte parfois un petit anecdote humoristique, à qui veut bien l'entendre: "Quand je serai arrivée dans ma réalité invisible, peut-être aurais-je l’occasion d’entendre cette phrase populaire: " Une vrai martyre cette femme-là, jamais on ne l’entendait se plaindre depuis tellement d'années, comme tant d'autres courageux Québécois ". Supposons qu'au salon funéraire ou au cortège funèbre de sa région, comme le veut la coutume traditionnelle, ce qui serait fort étonnant pour Emma qui réserve de drôles de surprises de ce côté-là, mais qui sourira debout à côté de sa tombe, et en disant aux ignorants et aux sourds, qui ne la verront ni l'entendront même pas: "Vous n'avez aucune idée, bandes d'idiots, dans quels vices, pauvretés et faiblesses humaines je me serais lancée, si j'avais eu un courage hors du commun, pour me délivrer de cette maudite misère financière. Heureusement, je n'ai plus le tracas financier de me nourrir, comme je n'ai plus aucun bobo physique....LA PAIX BÉNITE " Ainsi, elle pourra donner raison à "Monsieur le conte de Brunswick", soit Roland D’Aigle son "Vieux-Sage", qui lui disait parfois avec une note humoristique: "Emma, tu n’auras même pas la chance de passer pour une sainte aux yeux de tous; mais simplement pour une martyre." ! Patricia Turcotte © Le 19 juillet 2009

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil