LES ÉCRITURES DE PATRICIA TURCOTTE

Des articles sur des sujets sociaux et vie citoyenne-politique, ainsi que des romances d'intérêts publiques. Bienvenue sur mon blog, Patricia Turcotte

Ma photo
Nom :
Lieu : Saint Georges, Québec, Canada

Un Vieux-Sage m'a dit:" Patricia, cherche bien dans le plus profond de ton être, ce que tu aimerais accomplir à compter de ce jour, et ce, autant dans la pauvreté financière, dans la maladie et la solitude, que dans la prospérité, la santé, ou la célébrité." Sans hésiter je lui réponds: Écrire. Ce sage me réfère alors au dicton populaire: Plus tu attends d'avoir l'air d'un ange pour agir et plus tu risques d'avoir l'air bête. Bienvenue sur ce blog ! Patricia Turcotte

dimanche 16 août 2009

PLUSIEURS CANCÉREUX CONSIDÉRÉS COMME DES LÉPREUX

RÉFLEXIONS PERSONNELLES: EST-CE QUE LES GENS ATTEINTS DU CANCER DE LA MALADIE MENTALE,C'EST-À-DIRE LA SCHIZOPHRÉNIE, OU DE TOUTES AUTRES FORMES DE MALADIES MENTALES, REÇOIVENT LA MÊME SYMPATHIE QUE LES PERSONNES SOUFFRANT DE LA LEUCÉMIE, DU CANCER DES OS, D'UN CANCER DES POUMONS, DU FOI OU DE LA PROSTATE, ETC. ? POURTANT, IL S'AGIT D'UN PROBLÈME AU NIVEAU DES ZONES HORMONALES CÉRÉBRALES. PLUSIEURS CANCÉREUX CONSIDÉRÉS COMME DES LÉPREUX Il y a quelques instants, mon attention fut attirée par une annonce publicitaire à la télévision, publiée par la Société Canadienne du cancer. Le professionnel de la santé assis à son bureau de travail, annonçait le diagnostic d'un grave cancer à son patient. Par la suite, on apercevait les gens de son entourage tombés à la renverse, en apprenant le triste sort réservé à l'être cher. Une personne atteinte d’un cancer incurable apprend, dans la majorité des cas, son décès qui surviendra dans les semaines, les mois ou les années suivantes. Mais qu’arrive-t-il, la plupart du temps, à un individu touché par la schizophrénie, et ce, peu importe la gravité bénigne ou aiguë de son cancer ? Elle portera bien seule ce lourd fardeau, tout le reste de sa vie. Ce cruel cancer ne conduit que très rarement à la délivrance dans des conditions harmonieuses. Hélas, bien des personnes vont tirer leurs rideaux de scène, par une tentative de suicide. Pour ces malheureuses personnes, il n'existe pas de maisons en soins palliatifs, pour quitter ce monde en douceur et dans un minimum de dignité humaine. La lèpre cérébrale La plupart des personnes proches, des amis (es), ainsi que l’entourage de ce cancéreux nouvellement diagnostiqué par le cancer des maladies mentales, se sauveraient au pas de course en se transformant en courant d’air. Plusieurs s’empresseraient de mentionner leurs adieux à l’être cher, en certaines occasions, d’une façon ouverte et dégradante, et tantôt de manière discrète et polie. Comme si ce cancer des zones hormonales et cérébrales ressemblait tout à coup, à la lèpre cérébrale. Vu d'un autre côté de la médaille, ce n'est pas évident de côtoyer régulièrement ou à l'occasion seulement, une personne chère atteinte de cette forme dégradante de cancer. Plusieurs ressentent une peur de l'attraper. L’histoire se poursuit toujours, même en 2009 Ça n’a pas vraiment changé depuis 2000 ans, puisque même le célèbre personnage de l'Évangile, soit Jésus de Nazareth, aurait été crucifié sur la place publique, par les plus grands élites au pouvoir, pour avoir révélé nous a-ton répété à des millions de reprises, être le fils de Dieu, avoir entendu des voix, avoir eu des visions, ou pour l'accomplissement de plusieurs guérisons miraculeuses, etc. C’est vraiment l’histoire qui se renouvelle au quotidien des années 2000, et ce, sous des apparences différentes, mais quasi identiques. Les gens touchés par les maladies mentales témoignent bien souvent à la télévision ou dans divers médias, sous le couvert de l’anonymat, la plupart du temps. Hélas, quelques personnes témoignaient les visages voilés, il y a quelques mois à la station de télévision communautaire, en racontant les chemins de larmes qu'elles rencontraient, à travers le cancer de la maladie mentale, soit la schizophrénie. Plusieurs autres maladies mentales sont encore le lot de bien des préjugés et tabous, quoique certaines personnes plus audacieuses commencent à aborder ces sujets plus ouvertement. Mais lorsqu'il s'agit de la schizophrénie, il semble y avoir une grande gêne et honte qui plane dans le cœur des personnes atteintent, ainsi qu'auprès de l'entourage. Réflexions personnelles, sociales et médiatiques À mon avis personnel, même les médias devraient utilisés davantage de délicatesse et de respect, envers les personnes qui souffrent de psychoses et de schizophrénies, et qui se retrouvent à la une des médias, suite à des délits criminels. Cela donne une fausse impression à la population, concernant les maladies mentales. Ce sont des préjugés à abolir. La société a accomplit des pas de géants envers les personnes vivant des orientations sexuelles différentes de la masse populaire. Lorsqu’un drame survient dans la société, est-ce que la population en général et les médias mentionnent ce genre de discrimination: « Un homme diabétique, une femme souffrant du cancer des poumons, un homme atteint sévèrement du cancer de la prostate, un homme homosexuel est présumé responsable d’un meurtre sordide ? » Sûrement que cette forme de préjugés est passé date. Alors, pourquoi ne pas débuter chacun de son côté, ce cheminement personnel, social et médiatique, auprès des personnes humaines souffrant du plus grave cancer de la maladie mentale, ainsi que toutes les autres formes de maladies mentales ? Dans les coulisses du privé Je termine cet article par une réflexion personnelle. Est-ce que les gens touchés par le pire cancer de la maladie mentale, reçoivent la même sympathie que les personnes souffrant d'un cancer des os, des poumons, de la prostate, de la leucémie, etc. ? Pourtant, à travers les maladies mentales, il s'agirait d'un problème hormonal et d'un dérèglement aux niveaux des zones cérébrales, tout simplement. Les conséquences sont beaucoup plus désastreuses, comparativement à d'autres parties du corps humain, quand les pièces du cerveau physique sont brisées. De là, les multiplications de tabous et de préjugés qui devraient diminués dans l'avenir; du moins je le souhaite de tout cœur. Plusieurs personnes et groupes communautaires et médicaux œuvrent en ce sens. Ces délicats sujets de sociétés sont abordés plutôt rarement, et principalement dans les coulisses du privé. Patricia Turcotte © Le 16 août 2009

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil