LES ÉCRITURES DE PATRICIA TURCOTTE

Des articles sur des sujets sociaux et vie citoyenne-politique, ainsi que des romances d'intérêts publiques. Bienvenue sur mon blog, Patricia Turcotte

Ma photo
Nom :
Lieu : Saint Georges, Québec, Canada

Un Vieux-Sage m'a dit:" Patricia, cherche bien dans le plus profond de ton être, ce que tu aimerais accomplir à compter de ce jour, et ce, autant dans la pauvreté financière, dans la maladie et la solitude, que dans la prospérité, la santé, ou la célébrité." Sans hésiter je lui réponds: Écrire. Ce sage me réfère alors au dicton populaire: Plus tu attends d'avoir l'air d'un ange pour agir et plus tu risques d'avoir l'air bête. Bienvenue sur ce blog ! Patricia Turcotte

jeudi 16 avril 2009

AU-DELÀ DE LA SÉPARATION PHYSIQUE

Lorsque la vie nous prête un être cher, tel: un enfant, une maman, un papa, une sœur, un frère, un ami, un amoureux ou un conjoint, il est facile de croire que la personne tant appréciée sera toujours présente à nos côtés. Pourtant, quant survient le départ imprévu d’un époux, le décès de notre grand garçon ou de notre petite fille que l’on chérissaient plus que tout au monde; on se rend compte tout à coup que ces merveilleux amours nous étaient simplement prêtés pour un temps indéterminé, hélas trop bref. Aucun être humain ne nous appartient, ni même notre fiancé ou notre époux, et encore moins nos enfants.

Il y a des moments dans la vie, où on se demande dans quelle direction il serait préférable de se diriger. Dans ces importantes périodes de questionnements et de doutes, l’idéal reste encore de: faire une pause, mais rester debout. Sans cesse, notre cœur que l’on appelle souvent: notre âme, notre source intérieure ou notre guide intérieur, est là au creux de notre être, dans une présence toujours discrète et délicate, qui ne souhaite qu’à nous venir en aide, en nous guidant sagement et prudemment. Si par exemple, la personne avec qui on partageait sa vie, et qui était presque toujours présente à nos côtés, nous quitte pour toujours, il est alors très pénible de traverser un tel détachement sans le secours de notre guide intérieur, et l’aide morale de nos vrais amis. Peu importe que cette séparation soudaine survienne suite à une séparation physique, comme un divorce ou un décès; le chagrin inconsolable nous tiendra longtemps compagnie.

Dans ces moments de deuils émouvants et combien déchirants, il est alors prioritaire de s’imposer des instants précieux de silences, de prières, de réflexions et de détentes, afin de mieux capter les indices et les signes de notre fidèle compagnon de route. Ces lignes conviennent mieux aux gens qui adhèrent à ces croyances, évidemment. C’est lui seul qui peut nous supporter du matin au soir et du soir au matin, sans relâche; cette douce présence aimante ne nous abandonnera jamais, peu importe les épreuves qui se présenteront sur notre chemin.

Même lorsqu’il ne reste aucun espoir de retour, il ne faut jamais abandonner la partie. Les souvenirs du passé seront toujours là, pour nous soutenir. Tout comme notre quide restera toujours bien présent, pour nous consoler et nous tenir la main. C’est tellement vital d’être visiter par une foi profonde, surtout lorsque l’être aimé prend une autre direction, différente de la nôtre, ou encore, qu’il part pour son dernier voyage; c’est-à-dire qu’il fait le grand saut vers l’inconnu: la mort. Ce doit être cela que les Sages et les Anciens surnommaient: conserver une foi à déplacer les montagnes.

Patricia Turcotte © Le 16 avril 2009

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil