LES ÉCRITURES DE PATRICIA TURCOTTE

Des articles sur des sujets sociaux et vie citoyenne-politique, ainsi que des romances d'intérêts publiques. Bienvenue sur mon blog, Patricia Turcotte

Ma photo
Nom :
Lieu : Saint Georges, Québec, Canada

Un Vieux-Sage m'a dit:" Patricia, cherche bien dans le plus profond de ton être, ce que tu aimerais accomplir à compter de ce jour, et ce, autant dans la pauvreté financière, dans la maladie et la solitude, que dans la prospérité, la santé, ou la célébrité." Sans hésiter je lui réponds: Écrire. Ce sage me réfère alors au dicton populaire: Plus tu attends d'avoir l'air d'un ange pour agir et plus tu risques d'avoir l'air bête. Bienvenue sur ce blog ! Patricia Turcotte

samedi 2 mai 2009

COMMENT APPRIVOISER LA SOLITUDE ?

APPRIVOISER LA SOLITUDE POUR BRISER LA SOLITUDE Qu'est-ce qui frappe soudainement à notre porte ? Que ce soit suite au décès de son conjoint, ou suite à une rupture amoureuse avec l’être cher, la solitude n’est jamais facile à vivre, et encore moins à apprivoiser. Personne ne peut soupçonner, à moins d’y avoir goûter, combien cela est lourd de se retrouver seul du jour au lendemain, suite au départ de l’élu de notre cœur qui nous tenait compagnie jour et nuit, et ce, autant dans les moments heureux que durant les jours plus sombres.

Perdre un être cher, rien de facile

Suite à ce départ soudain, notre environnement devient tout à coup si nouveau et tellement vide. Parce que la réalité ne trompe pas: tous les couples d’amis s’éloignent peu à peu de la personne qui perd la douce présence de son conjoint. Je crois que ces instants tragiques de la vie au quotidien, nous permettent aussi de mieux clarifier nos véritables amitiés. Qui ne connaît pas une personne de son environnement, qui a vu tous ses amis s’en aller les uns après les autres, suite au décès du conjoint, ou à la rupture avec notre amoureux ?

Comme si ces gens ressentaient sans aucune explication fondée, un malaise profond de côtoyer un homme ou une femme vivant dorénavant comme des célibataires.

Ressources communautaires, CLSC et professionnels de la santé.

Quand la solitude frappe une personne, peu importe son âge, son statut social ou son rang financier, c’est alors tout un deuil pas facile à traverser. Souvent, il est prioritaire de demander de l’aide en osant faire un pas dans l’action et l’humilité. Ce n’est pas facile de se rendre auprès des groupes ressources de notre communauté, pour demander de l’aide.

Même nos rares amis sincères et compétents peuvent aussi nous venir en aide, ne serait-ce qu’en nous écoutant, ou en nous référant à des groupes connus pour ce genres d’approches. Les CLSC de notre région ou notre professionnel de la santé sont aussi des ressources importantes à ne pas négliger.

Tout est bon en autant que l'on puisse s'en sortir.

Cela ne survient pas seulement pour nous, parce que de nombreuses personnes de notre quartier sont aussi frappées par ce fléau. Bien souvent, ce sont aussi des personnes célibataires de vocation, qui ressentent un besoin de rencontrer de nouvelles personnes seules.

Il suffit d’en parler, de partager avec les autres, de ne pas s’isoler davantage, de sortir de la maison, de partir à la recherche de nouveaux loisirs pour gens seuls. Quand la solitude pèse trop lourd, il est sain de sortir prendre une marche de santé, visionner une comédie au cinéma du quartier, un bon repas au restaurant, une bière au bistro du coin, se rendre aux danses sociales pour personnes seules, jouer aux quilles.

Cela est aussi humain d’essayer un certain temps, d’engourdir la douleur causée par la solitude. Comme le dit si bien mon ami d’enfance: « Tout est bon, en autant que l’on puisse s’en sortir».

Le bénévolat dans la communauté, le mode de vie des 12 étapes, de nouveaux loisirs.

Peu à peu, la solitude va devenir de moins en moins pesante, et là, il se peut même que l’on commence à mieux apprécier nos moments de solitudes. La joie de vivre se pointe à nouveau le bout du nez, dans votre vie. C’est humain de désirer se sentir utile aux autres, à travers un bénévolat dans la communauté, par exemple. Souvent, de belles amitiés prennent naissances à travers ces nouveaux loisirs ou travaux de groupes. Il y a aussi les nombreux groupes du mode de vie des 12 étapes, qui sont actifs dans la plupart des villes. Ceux-ci peuvent venir en aide aux personnes qui ont besoin de socialiser, sans nécessairement avoir un problème de dépendances.

Apprivoiser sa solitude dans son quotidien.

Votre quotidien ennuyant peut s’envoler très rapidement, suite à votre premier pas dans l’action. Votre plus grand compagnon de route, si ce n’est pas votre futur amoureux, vous attend peut-être à une prochaine réunion sociale, qui sait ?

Patricia Turcotte © Le 03 mai 2009

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil