LES ÉCRITURES DE PATRICIA TURCOTTE

Des articles sur des sujets sociaux et vie citoyenne-politique, ainsi que des romances d'intérêts publiques. Bienvenue sur mon blog, Patricia Turcotte

Ma photo
Nom :
Lieu : Saint Georges, Québec, Canada

Un Vieux-Sage m'a dit:" Patricia, cherche bien dans le plus profond de ton être, ce que tu aimerais accomplir à compter de ce jour, et ce, autant dans la pauvreté financière, dans la maladie et la solitude, que dans la prospérité, la santé, ou la célébrité." Sans hésiter je lui réponds: Écrire. Ce sage me réfère alors au dicton populaire: Plus tu attends d'avoir l'air d'un ange pour agir et plus tu risques d'avoir l'air bête. Bienvenue sur ce blog ! Patricia Turcotte

samedi 24 janvier 2009

LE PRIX DE LA VÉRITABLE LIBERTÉ

Et partir à la conquête de la LIBERTÉ, cela est un combat de chaque instant, tout en étant une grande victoire personnelle. Ce précieux trésor se situe à la portée de tous et chacun; tout en se cachant discrètement au font de notre cœur. Cet endroit précieux, je la nomme, la source intérieure. LE PRIX DE LA VÉRITABLE LIBERTÉ Rester soi et vrai face à chaque évènement qui survient au hasard de la route. Rester soi-même devant chaque personne, peu importe son rang social, son pouvoir, son avoir et sa gloire. Refuser de ventre son corps, son esprit et son âme, dans un système capitaliste, qui en certaines occasions, nous joue des vilains tours, si on ne reste pas vigilant à chaque instant. Il est aussi important et sage de remercier de temps en temps, nos élus au gouvernements, ainsi que tous les services publics et privés, auxquels nous avons accès, malgré la récession économique. Je pense aux rémunérations versées sous toutes sortes de formes, que plusieurs d'entre nous recevons régulièrement, telles: la régie des rentes des retraités, la régie des rentes en cas d'invalidités, l'assistance sociale, l'assurance chômage, les assurances privées ou publiques, l'assurance automobile, les indemnités financières versées en cas d'accidents au travail ou de maladies professionnelles, et cetera, et cetera. J'ose espérer que nous aurons toujours accès à ces revenus, à ces salaires ou aux indemnités financières qui nous permettent de vivent plus librement, tout en préservant sa dignité. Dans bien des pays, les gens qui se retrouvent dans l'incapacité d'œuvrer sur le marché du travail, n'ont même pas accès à tous ces services financiers de base; ne serait-ce que pour assurer leurs survies. À ce moment-là, on ne peut porter un jugement sur les gens qui vendent, souvent malgré eux et avec grande peine la plupart du temps, leurs richesses humaines. Bien souvent, cela se vit pour survivent à la misère quotidienne, pour nourrir leurs enfants et leurs familles, et cetera, et cetera. Il y a un temps pour revendiquer et critiquer, et il vient aussi un temps pour apprécier ce que l'on possède. Au Canada, on n'est pas obliger de vendre son corps, son esprit ou son âme, c'est-à-dire, de se prostituer pour payer le loyer, le chauffage, l'électricité; ainsi que pour payer les épiceries à chaque semaine, et les factures de bases. Ce texte d'espoir sur la liberté donne aussi une vision humanitaire, pour les habitants des pays n'ayant pas accès aux services énumérés plus haut. Il est bon et généreux d'avoir à l'occasion, une bonne pensée pour toutes ces personnes qui ne peuvent profiter pleinement de leur liberté. Liberté pourtant retrouvée, souvent à prix d'énormes sacrifices et d'efforts. Souvent ils habitent dans des pays du globe, où ils n'ont pas la chance comme nous, de toucher une rémunération financière, en cas d'incapacité au travail; ou advenant qu'ils perdent leurs emplois, sans se retrouver un emploi. Retrouver sa vrai liberté acquis dès la naissance, et ce, bien avant d’être étiqueter par toutes sortes de numéros; c’est un trésor inestimable. Et partir à la conquête de la LIBERTÉ, cela est un combat de chaque instant, tout en étant une grande victoire personnelle. Ce précieux trésor se situe à la portée de tous et chacun; tout en se cachant discrètement au font de notre cœur. Cet endroit précieux, je la nomme, la source intérieure. Patricia Turcotte © Le 24 janvier 2009

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil